[EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf
RSS
RSS

Intrigue n°2

A new beginning

Un brouillard sombre. Épais. Nul n’avait jamais vu cela à Pandore. Il entourait toute la ville, si profond que n’importe qui aurait pu s’en saisir à mains nues. Les questions se multipliaient, les habitants étaient inquiets, et certains commençaient même à se demander s’il ne s’agissait pas là d’une malédiction venue s’abattre sur la ville. Un jeune homme, particulièrement intrigué par ce mystère, prit alors les choses en main et monta une expédition dans le but de résoudre cette énigme. Il prit quelques hommes avec lui, monta dans une barque et partit en direction de l’origine du brouillard. Plus ils avançaient, plus le nuage devenait lourd et humide.
Lire plus

Nos prédéfinis !

Les RPs libres

20/02/2017 — Loki Laufeyson cherche un partenaire RP ! Plus d'infos par ici.
17/02/2017 — Sherlock Holmes cherche un partenaire RP ! Plus d'infos par ici.
13/02/2017 — Jay Gatsby cherche un partenaire RP ! Plus d'infos par ici.
12/02/2017 — Lucien Bonaparte cherche un partenaire RP ! Plus d'infos par ici.
02/12/2016 — Victor Frankenstein cherche toujours des partenaires rp ! Plus d'infos par ici.
08/02/2017 — Iracebeth Heart cherche un partenaire RP ! Plus d'infos par ici.

Top-sites

Membre du mois ♥

Ce mois-ci, on fait des gros bisous à Snow qui est notre membre du mois ! Merci pour ton activité et ton implication pour le forum, ça fait toujours chaud au coeur d'être soutenu ♥

©linus pour Epicode
En bref


Partagez | 
 

 [EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
L'aubergiste alcoolique
Origines : Barbe Bleue - Charles Perrault
Profession : Propriétaire de l'Auberge
MessageSujet: [EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf   Mar 8 Nov - 21:01


       Watchin' you burn
       
       
Barbe Bleue x The Big Bad Wolf
       

       Barbe Bleue, connard de pirate tout bleu et alcoolique de son nom -ou presque-, avait enfin obtenu ce qu’il voulait. C’était limite si il y avait pas lancé son poing en l’air avec un gros “YES” super heureux. Après bon, fallait avouer aussi que tout ça, c’était qu’une excuse. Le Bûcheron, il l’avait surtout croisé deux trois fois au cours d’une bonne bourrade dans un bar, alors les souvenirs, fallait les motiver à remonter à la surface. Et en plus, ça permettait d’avoir la super occasion de se sauter le Loupiot. Adorable petite vengeance que c’était là. Ce soir-là, donc, en sortant du poste, Bibiche avait filé droit jusque chez lui pour se préparer un peu. Bon, fallait pas abuser non plus, il allait pas arriver avec une tenue digne de James Bond. Le costard, c’était pour les enterrement, et puis voilà. Non, il avait opté pour son éternel mais non moins chic manteau long et noir avec des dorrures aux boutons et sur les manches, ainsi qu’un pantalon tout aussi sombre mais classe. Indéniablement. Des pompes à la semelles qui en auraient effrayé plus d’un de prendre un coup de pied au cul, et voilà qu’il était parti. En marchant dans l’air frais de la soirée, le pirate se plaisait à flâner, regardant à droite ou à gauche, se fichant bien du regard des autres. Toute façon, c’étaient que des trous du culs qui savaient pas apprécier, v’là.

Du coup, le tout bleu était passé en ville histoire d’aller se chercher un truc à s’mettre dans le bide. Genre de la viande. La viande c’était top. C’était comme le rhum, c’était un truc d’homme. De mec viril. Testostérone et tout le bordel. Du coup, un bon petit resto’ histoire de prendre des forces -la soirée risquait d’être pas mal intense-, une bonne pinte de binouze, et let’s go, ready for the fun. Et puis le pirate était passé devant une boutique de fleurs. Au premier regard, il avait juste haussé les sourcils en se demandant si ça pouvait se bouffer. Parce que ça poussait de la terre et tout, donc c’était forcément bouffable. Mais après, il avait réfléchi. Enfin il avait essayé. C’était dur de réfléchir ça lui filait mal au crâne. Mais bon bref. Offrir des fleurs, c’est ce que les pétasses en chaleur voulaient quand elles allaient se faire sauter pour la première fois. Ou toutes les fois d’après. Là, c’était juste un échange. Du cul contre des infos. Rien de plus. Le tout bleu savait pas s’il était content ou pas de ça, en fait. Parce que le Loupiot, fallait dire qu’il lui plaisait bien quand même. Bon, il s’y voyait pas avec des bambins et tout le bordel non plus hein, fallait pas pousser mémé dans la choucroute non plus. Mais il s’imaginait des trucs ouais. Pour arrêter de penser et de rougir comme un pauvre con dans la rue, il avait fini par rentrer dans la boutique, et d’acheter des fleurs.

Merde alors. La pression. Comment on pouvait débarquer chez un plan cul avec des fleurs ? Elles étaient belles en plus les salopes. Et ça sentait bon. Pour un peu d’plus, et Barbouille avait failli balancer ces trucs quelque part. Il était en train d’se faire des idées, et ça lui plaisait pas trop. D’habitude il débarquait chez un plan cul, il tirait un coup, et il se taillait sans un mot, sans même un numéro. Parce que les téléphones étaient le diable en personne et qu’il était même pas possible de même envisager qu’il arrive à se servir d’un truc pareil sans l’exploser ou sans le foutre à la flotte. Bref voilà. Á l’heure prévue, il était devant l’endroit qu’on lui avait dit -même s’il s’était perdu genre deux ou trois fois-, et il toqua.

Toc, toc, toc. Devine qui vient te la mettre ?

       
       Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.

_________________
Jack McCoy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'aubergiste alcoolique
Origines : Barbe Bleue - Charles Perrault
Profession : Propriétaire de l'Auberge
MessageSujet: Re: [EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf   Mer 9 Nov - 21:19


      Watchin' you burn
     
     
Barbe Bleue x The Big Bad Wolf
     

      Le mec, il avait sifflé. Genre il avait sifflé pour de vrai. Genre le mec, il se croit trop chez l-...wait, il était chez lui en fait. Bon ok il avait le droit alors. Mais c’était gênant. Bibiche il savait bien qu’il était attirant -sinon il se taperait pas autant de monde-, mais quand même, se faire siffler pour un manteau ! Genre c’était le seul truc qui lui restait de sa vie d’avant. Parce qu’en arrivant à Pandore, il avait payé le premier connard venu capable de se servir d’une machine à coudre pour lui refaire le même manteau qu’il avait quand il était pirate sur son bateau. P’tain, là desuite maintenant, son bateau lui manquait. Parce que là-bas au moins, on posait pas de questions, et on s’en posait pas. C’était la baise quand on avait envie, de l’alcool quand on en avait envie, et une bonne baston avec le premier équipage qui passait et voilà. Ça faisait du bien à la tête de se castagner un peu, ça relâchait la pression d’un coup et fin de l’histoire. Et en parlant de pression, y’en avait un peu ici quand même. Pour la première fois de sa vie, Barbiche il avait l’impression d’avoir le stress. Il avait pas l’impression de baiser le premier connard venu, nan, ici, non seulement c’était un flic qui menaçait de lui ruiner sa life -l’adrénaline, tout ça-, mais le flic en question, il était sacrément bien monté. Mignon. Castagneur comme lui. P’tain c’était quand même la classe, parce que les deux ils se ressemblaient, et que c’était trop co-...oh wait, il venait d’se foutre de sa gueule pour les fleurs ? Le tout bleu avait juste grogné, en se disant qu’il espérait que tirer un coup allait le mettre de meilleure humeur. P’t’être parce qu’il avait pas assez picolé avant d’arriver ici.

Mais voilà, il était enfin dans l’appartement. Ça sentait le tabac et la bouffe, donc le pirate était pas trop déboussolé, ça va. Son bateau puait la mort à côté, fallait être sacrément pompet’ avant de vouloir ne serait-ce que monter à bord. Donc ouais en gros, ça le dérangeait pas. Il enleva son manteau, en regardant autour. C’est vrai que cet appart’ il avait genre rien à voir du tout avec sa barraque. Déjà parce que sa barraque faisait genre dix fois la taille de ce petit studio tout sombre là. Et parce qu’il y avait des chats. Et les chats c’était trop bien. Et c’était drôle parce qu’il avait laissé ses chats à la maison pour venir baiser avec un clébard. Franchement, l’ironie, des fois. C’était bien foutu la vie. Comme ce que le tout bleu avait entre les jambes, en fait. Ça aussi c’était trop bien foutu. P’tain, pour cette soirée, il avait même fait l’effort de se laver là. Surtout là. Parce que fallait pas que ça sente le fromage pourri si jamais le Loupiot il avait la bonne idée d’aller y mettre les lèvres. Rien que cette pensée avait déjà filé la trique au pirate, alors il s’était avancé dans la pièce en filant les fleurs à l’autre type, histoire de le regarder se débattre avec. Il était chou quand même. Même si le pirate lui-même comprenait pas vraiment pourquoi il avait acheté des fleurs. Sérieux. C’était un truc de nana ça. Et ni lui ni le Loupiot c’étaient des nanas. Non c’étaient des mecs bien montés et tout le bordel.

« - J’sais pas pourquoi j’te le donne, paraît qu’ça s’fait quand on va baiser quelqu’un. »

Bah ouais. La logique quoi. Puis ça servait à quoi de prendre des pincettes ? Tous les deux, ils savaient très bien ce qu’ils étaient sur le point de faire, y’avait quand même pas besoin de prendre des gants pour expliquer gentiment que monsieur tout bleu il voulait mettre son zizi dans le trou de balle de l’autre enfoiré de flic clébard. C’était l’évidence. Et puis Bibiche il commençait à en avoir sacrément envie. P’t’être que le Bigby il dégageait des trucs, ou quelque chose comme ça, mais en tout cas, ça commençait à bien sentir la testostérone dans le coin.

« - Nan ça va. Ça pue pas trop. C’cool. »

Ça, pour Barbe Bleue, ça s’appelait un compliment. Et un compliment, c’était déjà pas mal de sa part. Il s’était laissé attirer jusque sur le canapé, bien content d’avoir un verre de rhum entre les mains. Rien que la senteur de l’alcool lui faisait frémir les narines et redoublait son envie de s’envoyer en l’air. Parce que là, c’était le cocktail parfait. Un bon verre, il faisait assez chaud dans l’appartement, un mec assez mignon, y’avait de quoi faire une bonne omelette. Et puis là d’un coup, alors qu’il y avait un silence à la con dans la pièce, Wolfy s’était soudainement décidé à bouger et à venir … s'asseoir de cette façon, ootch. C’était mal barré pour se contrôler. Bibiche laissa alors ses mains traîner sur les cuisses de son -visiblement- amant, ayant posé le verre sur le côté, et il avait penché la tête sur le côté pour laisser son con libre d’accès. P’tain, ce qu’il adorait se faire croquer le cou comme ça. Un peu plus fort, avec un peu plus de violence et ça aurait été parfait. Mais bon, quand on était flic, on pouvait pas être parfait hein, ça se saurait sinon. Le tout bleu avait même laissé s’échapper un grognement, une sorte de gémissement du mec satisfait. Un soupir, léger. Et puis cette main. Cette vilain main qui était descendue, bien descendue. Et elle était remontée. La salope. Barbouille il avait failli gémir. Il en était pas loin, il le savait. Parce qu’il avait chaud. Que son souffle s’était accéléré. Que ses pupilles étaient tellement dilatées par l’envie qu’il allait pas tarder à voir easy dans le noir. Donc il avait glissé ses mains contre le fessier de Wolfy, en profitant pour glisser ses doigts dans le caleçon, au contact direct de ses douces fesses.

« - Ouais bah sers-toi d’tes mains. »

Et… oh putain, ce baiser. Un bouffage de bouche quoi. Le pirate il était expert là-dedans même si en général, il évitait ce genre de choses avec ses amants. Mais bon, ok, le flic, il a le droit. Parce qu’il est mignon ce con. Alors Barbe Bleue s’était légèrement rassis dans le canapé, faisant frotter leurs bassins -et il lâcha un léger soupir entre les lèvres de son amant-, et avait appuyé plus fort ses mains plus au Sud, histoire de bien laisser l'empreinte de ses doigts sur cette jolie peau. Il avait envie de le retourner sur le canap’ et de le prendre sur l’instant, damn. Langue contre langue, on entendait plus dans la pièce qu’un petit ‘hm’ venant de la part du pirate, et le son moite de deux bouches qui s’étaient confrontées.

     
      Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.

_________________
Jack McCoy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'aubergiste alcoolique
Origines : Barbe Bleue - Charles Perrault
Profession : Propriétaire de l'Auberge
MessageSujet: Re: [EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf   Mer 9 Nov - 22:48


     Watchin' you burn
     
     
Barbe Bleue x The Big Bad Wolf
     

     Ah ouais. Ah ouais là comme ça c’était magique. Cette façon de mordiller la lèvre là, c’était genre l’explosion d’hormone assuré. D’ailleurs, Barbe Bleue n’avait pas su résister à donner un léger coup de hanche en avant, non seulement pour coller le Kraken contre la cuisse de son amant, et pour profiter de cette petite opportunité pour lui montrer à quel point il était excité. Parce que ouais, là, la température était montée clairement d’un cran. C’était genre l’été dans la pièce, mais avec option canicule. Alors ça donnait ça, quand deux fortes têtes s’amusaient ensemble ? Parce que jusque-là, le pirate ne s’était à chaque fois tapé que des petits culs, des mecs tellement soumis qu’ils venaient en dix secondes sans même comprendre ce qu’il s’était passé dans leurs fesses. Mais là, le tout bleu avait enfin un adversaire à sa taille. Parce que cette main dans son pantalon lui faisait presque voir des étoiles, et qu’il avait juste reculé la tête pour pouvoir passer sa langue sur la lèvre inférieure de son amant, ce même amant qui était en train de le mordiller. Un autre gémissement, et voilà que cette fois c’était au tour du flic de s’y mettre. Ce grognement, p’tain. Si Bibiche avait pas été assis, ses fringues se seraient enfuies juste à entendre ça.

« - Oh p’tain ... »

D’ailleurs, il en conclut qu’il était temps de se bouger le cul, et en profitant de cette jolie petite main dans son pantalon qui ressemblait drôlement au pays des merveilles -parce que ça faisait des étoiles dans les yeux et des guilis dans le ventre, un peu comme la drogue quoi. Donc Alice. T’vois ? Non ? Ok taggle-, Bibiche avait une fois de plus gigoté pour retirer sa chemise. Une chemise sans bouton. Un genre de pagne moche, mais dans lequel on était super à l’aise. Alors voilà, Bras en hauteur -c’comme ça qu’on fait maggle-, le t-shirt avait fini par rejoindre le sol façon cadavre mal exploité dans les Experts. Mais cette fois pas de vanne trop nulle ou de lunettes de soleil et tout le bordel, non, pas le temps de penser à tout ça. Parce que Bigby était drôlement sexy, et que Jacky avait envie de le bouffer tout cru. Ironique, alors que c’était un Loup qu’il avait en face, quand même. P’tain, un gémissement de plus comme ça, et il allait vraiment l’étaler contre un mur et le prendre à sec. Fallait rester calme. Respire Jack. Respire. La réplique du brun par contre le fit légèrement ricaner, alors qu’on pouvait entendre dans ce rire un ton un peu plus grave que d’habitude. Signe manifeste d’excitation et d’envie.

« - C’est pour mieux te tirer mon salop. »

Bah ouais. Obvious la réponse quand même. Puis voilà que Bigby s’était mis à se foutre de la gueule des poils de Bibiche. Non mais, il essayait de péter l’ambiance là où quoi ? Parce qu’il était bien parti hein, manquait plus qu’il se mette de la façon dont il marché dans une merde chien et c’était bon, demi molle gratuite pour le pirate qui aurait ramassé son superbe manteau avant de rentrer chez lui se taper la branlette du siècle rien qu’avec les souvenirs de cette soirée. Jack, du coup, était un grognon, mais il avait décidé que faire un truc sexy, c’était ce qu’il fallait pour faire fermer sa gueule à l’autre, là. Alors il suivit de ses mains les mouvements de son amant, l’aidant à retirer son haut qu’il jeta au loin, en profitant pour capturer ses lèvres dans un énième baiser enflammé, alors qu’il laissa la paume de ses mains tracer la ligne des bras du policier, jusqu’à redescendre sur son torse. Il rompit alors le baiser, fier de son effet.

« - Hey s’tu veux les voir de plus près t’as qu’à sucer. »

Le pouce sur la bouche, essuyant légèrement les restes du baiser, un sourire sadique sur le visage. Pour une fois, Barbe Bleue avait vraiment l’air d’un pirate sans foi ni loi. Le genre d’affreux connard qu’en fait, t’es censé fuir quand tu le vois dans la rue parce que tu sais qu’il va te manger les fesses.

« - Et ça m’déplaîrait pas, en plus. »

Il se pencha, effleurant alors les lèvres de son amant des siennes, et parla de nouveau, d’une voix basse, si basse qu’il fallait tendre l’oreille. Ça rendait sa voix légèrement plus grave, beaucoup plus rauque. Cassée par l’envie. Il porta un doigt à sa bouche qu’il suça avec avidité, toujours cet insupportable sourire victorieux au visage.

« - Parc’que t’as une bouche à pipe. »

Et v’lan, vl’à que le pirate avait attrapé la tignasse de Wolfy à l’arrière de sa tête pour faire en sorte que leurs lèvres se confrontent si fort que leurs lèvres s’étaient éraflées. Un baiser violent. Pendant ce temps, ce doigt précédemment humidifié descendit lentement le long du dos découvert de Wolfy, traçant la ligne de sa colonne vertébrale, jusqu’à prendre sa place entre les chair de son amant, écartant avec plaisir cet entrée sous son passage.

     
     Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.

_________________
Jack McCoy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'aubergiste alcoolique
Origines : Barbe Bleue - Charles Perrault
Profession : Propriétaire de l'Auberge
MessageSujet: Re: [EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf   Jeu 10 Nov - 19:53


    Watchin' you burn
   
   
Barbe Bleue x The Big Bad Wolf
   

    Ouais d’abord, le sexe pour Bibiche, c’était rarement doux. Fallait pas croire qu’on allait se rouler dans de jolis petits draps tout beaux qui sentent bon les fleurs et toutes ses conneries heins, parce que clairement pas. En général, les plans cul du pirate se retrouvaient jetés dans un pieu, et vas-y que j’te prends les fesses, puis quand c’est fini, il foutait le -ou les- mec(s) à la porte, il se roulait un bon gros barreau de chaise, et il matait le premier truc qui passait à la télé avant de s’endormir d’un coup. Parce que c’était trop fatiguant d’être tellement beau et tellement bien monté. P’tain, le Kraken il était parfait quoi. Et puis le Kraken, Bigby chou était en train d’en prendre grand coin. Genre il le traitait comme un trésor, et chez les pirates, les trésors, c’était sacré. Sauf quand y’avait une chèvre à la place des trésors. Mais ça c’est une autre histoire. Enfin une ancienne histoire, et elle avait pas été drôle, parce que se retrouver tout seul sur un île déserte en croyant être méga riche de la mort qui tue, et y retrouver une saloperie de bordel à manger, c’était vachement moins drôle. Bref, tout ça pour dire que le Loupiot là, il avait un bon coup de poignet. La preuve, ils avaient leurs partie au sud retrouvés l’un contre l’autre, et bordel, c’était divin. Jack avait rompu le baiser juste pour pouvoir grogner, en attrapant entre ses dents la lèvre inférieur de son amant -et ouais encore- tout en gémissant. Ça faisait longtemps qu’il avait pas eu un si bon coup. Peut-être parce que le coup en question, c’était aussi clairement un dominant, et que du coup, y’avait un peu plus de challenge.

Et visiblement, ça avait vachement plu à monsieur le flic, à en croire le petit “oh bordel” qui avait raisonné. Le pirate avait un peu de mal à se contenir maintenant, parce que plus ça allait, plus il avait vraiment envie de le prendre, là desuite maintenant. Au point que son doigt en avait fini d’être doux, et qu’il était entré d’un coup, jusqu’au bout, pour fouiller dans le corps du Wolfy. Et puis il s’était barré en se relevant. What ? Mais pourquoi ?! Pourquoi les p’tites fesses elles s’en allaient ? Elles était vexées ? Fallait leur offrir à boire pour qu’elles reviennent ? Les fleurs ça avait pas suffit ? Bon, bon ok, le fait qu’il y ait maintenant plus de fringue, ça aidait un peu. Bibiche lui il était plus du genre à garder ses chaussettes pendant qu’il s’envoyait en l’air. Là, il avait déjà plus son haut, et son futal était totalement ouvert. Bref heureusement il lui restait quelques fringues, même si bon, parti comme ça, ça allait pas durer longtemps. Dans quelques minutes, c’était clair que les caleçons allaient voler comme des mouettes, et ça serait même pas la peine de pécho une carabine à plomb pour les butter et les bouffer parce qu’il y avait qu’un canon qui allait tirer comme un dieu ici. Et le canon en question, il était un p’ti peu impatient de se faire léchouiller comme une jolie sucette.

« - Si tu m’suces, j’vais m’laisser aller, c’est clair. »

Parce que bon, ouais, en tant que mec, c’était l’point faible de Barbiche. Une bonne pipe, et on pouvait lui faire presque tout. Sauf lui prendre les fesses par contre. Et tout d’un coup, il s’était retrouvé avec un joli p’ti cul en face de la tronche, et Bigby en train de le sucer bien comme il fallait. Bon, le pirate, il était hors de question qu’il foute sa langue sur celle du flic. Il adorait qu’on lui fasse ça, jamais il l’avait jamais fait, et c’était certainement pas aujourd’hui que ça allait commencer. Alors,entre deux grognements, entre deux “oh… oh ouais comme ça …”, il avait fini par attraper les fesses de son amant pour les écarter, pour finalement y glisser sa langue dedans. Après tout, c’était cet endroit là qui allait se faire éclater, donc un peu de douceur était pas en option. Puis ça prouvait que le pirate, il était pas totalement bourrin non plus.

« - H..hn… ah ouais c’est… c’est cool continue … »

Et de temps en temps, il grognait ça avant de repartir à sa tâche.

   
    Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.

_________________
Jack McCoy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'aubergiste alcoolique
Origines : Barbe Bleue - Charles Perrault
Profession : Propriétaire de l'Auberge
MessageSujet: Re: [EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf   Jeu 17 Nov - 3:24


   Watchin' you burn
   
   
Barbe Bleue x The Big Bad Wolf
   

   Bah dis donc, y’en a un qui était sacrément en train de kiffer sa race. C’était qu’une langue pourtant, et une langue, ça pouvait faire plein de choses, bon, c’est sûr. Á bouffer, déjà. Genre pour goûter des trucs. Á s’rouler des pelles aussi, histoire d’aller faire un tour dans la bouche de l’autre mec pour voir ce qui s’passe. Le truc, c’était que Bibiche il était pas très porté sur les bisous en général. Il s’contentait d’agripper un mec, d’le prendre façon hop hop hop retourné sur le canapé, et puis fin de l’histoire, bye bye, j’allume ma clope et j’matte la télé. Normal quoi. On s’attache pas, on fait pas chier. Le pirate il avait la trouille de s’attacher pour une raison assez obvious. Ce connard de Perrault l’avait écrit de telle façon que Bibiche avait assassiné toutes ses femmes, et quand il en avait pécho une nouvelle, il la laissait chez lui et allait jouer les pirates pour ensuite revenir, et couick quand elles avaient tout découvert. Alors bon, une pièce avec juste des corps de femmes, faut dire qu’il y avait vachement mieux pour la déco. Du coup depuis, il avait un peu la trouille de se rapprocher de qui que ce soit. Parce que si ça se trouve, son connard d’auteur là, il lui avait refilé le virus, et une résurrection n’allait rien changer. Et c’était pas cool de commencer à aimer des gens et de leur couper la tête ensuite. Non pas que Bigby était pas un super prétendant hein, il était clairement pas moche. Mais si le pirate se laissait emporter, il allait avoir de sacré ennuis sur le cul pour avoir niqué un flic, et pas niqué comme il le faisait actuellement.

Mais voilà, Bigby lui avait roulé la pelle du siècle et maintenant le tout bleu -tout bleu partout oui oui, il est au courant- il était un peu perturbé. Un peu le rouge aux joues aussi, mais son amant était visiblement un peu trop occupé à lui bouffer la queue pour comprendre ce qui se passait. Heureusement d’ailleurs qu’ils étaient pas face à face, et que le pirate avait sa tronche coincé entre les fesses de l’autre type, parce qu’au moins le type en question, il calculait pas. Ou alors il avait une méga sensibilité de la mort qui tue et il avait calculé les joues de Jack contre son derrière qui étaient en train de chauffer. Mais fallait quand même pas pousser mémé dans la choucroute. Bref tout ça pour dire qu’être occupé comme ça, y’en a un que ça arrangeait à mort. Et puis le Wolfy, il s’était relevé, et wow, c’te voix quoi, motherfucker. Il allait prendre méga cher. Ça s’faisait clairement pas d’parler comme ça, et c’te façon de donner des ordres. P’tin. Jack il allait faire dans son futal à ce rythme là. Il avait juste attendu de profiter d’un moment où ils étaient pas en train de se bouffer la bouche pour respirer un grand coup, et pour sourire d’une façon presque diabolique.

« - Ouais … ouais j’te veux aussi… genre maintenant... »

Alors celle là, Jack s’y était pas du tout. Du tout du tout. Paaas du tout. Bon il pensait bien que ça allait finir comme ça à un moment ou à un autre, parce que bon, c’est comme ça qu’on fait hein, mais quand même. D’habitude c’était lui le dominant qui donnait des ordres et qui mettait des claques sur les petits fesses rebondies des mecs qu’il ramenait chez lui. Mais là, voilà que le flic s’était littéralement empalé sur lui. Le pirate avait rejeté la tête en arrière, en fermant les yeux, en fronçant les sourcils, juste pour laisser son crâne retomber contre la tête du canapé, en poussant un lourd soupir de plaisir. C’était tellement bon. Serré et moite. Parfait.

« - O-oh… putain... »

En rouvrant les yeux, Jack avait vaguement entendu que l’autre type voulait boire. D’une main, il agrippa son derrière pour ne pas qu’il s’enfuit, et s’était penché sur le côté pour récupérer son verre, dont il prit une large gorgée, et il se jeta de nouveau contre les lèvres de son amant, faisant ainsi glisser le liquide dans le fond de sa gorge. Il se recula ensuite, donnant un premier coup de hanche qui le fit frissonner et gémir, grogner même, avant de recommencer. C’était si addictif qu’il n’allait pas réussir à s’arrêter.

   
   Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.

_________________
Jack McCoy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'aubergiste alcoolique
Origines : Barbe Bleue - Charles Perrault
Profession : Propriétaire de l'Auberge
MessageSujet: Re: [EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf   Jeu 17 Nov - 14:35


  Watchin' you burn
 
 
Barbe Bleue x The Big Bad Wolf
 

  Toutes ses sensations allaient rendre Jack complètement fou. Certes, il avait l’habitude de ce genre de choses, et il fallait avouer que ce n’était clairement pas la première fois qu’il mettait du coeur à l’ouvrage. Ses mains contre les fesses de son amant, il le soutenait, les yeux légèrement plissés pour tenter de distinguer encore le monde qui l’entourait. Ce n’était clairement pas facile, l’excitation avait certes décuplé ses sens, mais ils étaient tous dirigés sur une seule et même personne. Ça n’était encore jamais arrivé. Bien souvent, les coups d’une soirs n’étaient là que pour la distraction, pour passer un bon moment avant de se prendre un cigare et d’en profiter devant une émission quelconque -de cuisine, Judas adorait ça. Mais là, quelque chose n’était pas comme d’habitude. Peut-être était-ce cette sensation d’être entouré de toute part, peut-être étaient-ce les gémissements de Wolf’ qui ne ressemblaient en rien aux couinement aigus de certains hommes. C’était sauvage, c’était cru. Les ongles du pirates trouvèrent leur chemin sur la ligne du bas du dos du policier, griffant, laissant une marque enflammée. Il était clairement en train de marquer son territoire, mais qu’importe. Il n’était plus question d’une appartenance quelconque ici. Personne n’était à personne, il ne restait que deux corps dansant, il ne restait que quelques bruits moites dans la pièce, le claquement d’une peau contre l’autre. Parce que les va-et-vient ne se faisaient clairement pas tendre.

Ils aurait pu l’être, après tout. Jack n’était pas homme à être avare en gestes tendres, il évitait simplement de faire ce genre de chose. On l’aurait sûrement moqué; depuis quand le célèbre pirate sanguinaire, le grand Barbe Bleue, avait-il besoin de donner des caresses sur la joue et des baisers sur le haut du crâne pour se satisfaire ? Il préféra donc garder tout cela pour lui, agrippant de nouveau fermement les fesses de son amant entre ses mains puissantes. Puis, sans se retirer, il retourna le policier contre le canapé, se retrouvant ainsi au-dessus de lui. Parce qu’être assis ne lui permettait pas de donner la puissance nécessaire à ce qui était en train de se passer. Il attrapa la jambe de l’autre homme dans un de ses mains, la passant au dessus de son épaule, et il donna le premier coup de hanche. Soudainement, Jack s’arrêta, fermant les yeux en laissant sa tête retomber en avant. Ça n’avait été qu’un coup de hanche, puis les chairs de Wolf’ étaient si serrées -il n’avait clairement pas l’habitude de faire les choses dans ce sens-là- que ça lui en fit tourner la tête un instant. Le pirate rouvrit les yeux, un air concentré sur le visage, sans un mot. Il était ainsi, l’homme aux cheveux bleus. Lorsqu’il prenait un réel plaisir à cette activité, lorsqu’il arrivait à ne plus penser, à simplement se jeter dans le corps d’un autre sans peur de lui faire du mal ou quoi que ce soit d’autre, il cessait totalement de parler.

Alors certes, c’était un soulagement, certains diraient, mais ce n’était pas non plus quelque chose qui arrivait bien souvent. Mais aujourd’hui, si. Les yeux bleutés du plus grand fixés dans ceux de son amant, il déposa une main forte contre la hanche de ce dernier pour le maintenir en place, alors que les coups reprirent. Profond dans un premier temps, mais lents, terriblement lents. Pour le plaisir du jeu, de la frustration. Pour voir cette étincelle suppliante dans les yeux du brun. Jack tourna légèrement la tête, sans jamais rompre le contact visuel, touchant de sa bouche la jambe de son amant, entrouvrant les lèvres pour venir le toucher de sa langue, un sourire large sur le visage. Wolf’ devait sentir le souffle erratique du pirate contre sa peau, il devait sentir cette chaleur, cette candeur qu’il délivrait par des coups de hanches, qui se firent d’ailleurs un peu plus rapide. Il ne pouvait plus s’arrêter. Parfois, un gémissement, un grognement qui venait du fond de sa gorge, que sa poitrine ne pouvait réprimer, et un ricanement sombre raisonna tout à coup. Jack venait de trouver l’endroit. Cette boule de chair bien particulière. Oh, oui, il allait s’amuser maintenant. D’un coup sec, il remonta un peu plus haut la jambe du policier, pour l’atteindre au plus profond. Le coup partit rapidement, et avec une force rare. Le bleu se pencha ensuite, laissant sa langue flirter avec la joue de celui qu’il prenait avec tant de hardeur, grognant contre lui. C’était divin.

 
  Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.

_________________
Jack McCoy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'aubergiste alcoolique
Origines : Barbe Bleue - Charles Perrault
Profession : Propriétaire de l'Auberge
MessageSujet: Re: [EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf   Jeu 17 Nov - 16:11


 Watchin' you burn
 
 
Barbe Bleue x The Big Bad Wolf
 

 Se concentrer. Respirer. Inspirer. Expirer. Penser à la mamie de la pub de croquettes pour chats. Ne surtout pas se laisser emporter. Ouvrir les yeux. Oh non, non c’était trop intense de voir le visage de Wolf se contracter de cette façon, de voir les muscles de son visage exprimer avec une telle violence tout le plaisir qu’il ressentait. Fermer les yeux. Jack agrippait avec force la jambe de son amant, y cachant ses lèvres parfois pour étouffer quelques gémissements qui finissaient par ressembler à des “hmpft…”. Mais il voulait garder la face. Parce que le Loupiot là, il l’avait dominé tout du long, en ne laissant pas le choix, en prenant ses propres décisions. Mais maintenant c’était différent. Parce que le pirate dominait totalement, parce qu’il savait qu’il n’allait pas tarder à atteindre sa limite. Son visage se fit légèrement rosé sur les joues alors qu’il griffa cette jambe, sentant irrémédiablement son amant se resserrer autour de lui à cette simple pression. Une sensation divine. Ces chairs brûlantes qui le retenaient prisonnier, il n’arrivait pas à penser à autre chose. Une griffure, une odeur de sang, et il partit à son tour, ses yeux roulant dans leurs orbites pour se fermer, la tête rejetée en arrière, et il jouit à son tour, dans un gémissement, un râle venu du fond de sa gorge, grave et profond. Un déferlement. Il fallut à Jack quelques minutes pour être capable de penser de nouveau, ne serait-ce que pour ouvrir les yeux et de nouveau être conscient du monde qui l’entourait. Ce coup-là avait été magistral, il fallait l’avouer. Des comme ça, il en aurait voulu tout le week-end, ou en détente après le boulot.

Mais rien ne s’était passé comme prévu. En premier lieu, il y eut cette main qui caressa le visage du pirate. Un peu sonné, il se retira du corps du policier en gardant cet air toujours aussi concentré, cherchant les yeux de son amant une réponse au pourquoi de ce geste. Était-ce intentionnel ? Délibéré ? Ou seulement une chaude tendresse enfouie qui ne ressortait que dans ce genre de moments ? Un petit soupir, et l’homme aux cheveux bleus ferma les yeux l’espace de quelques secondes, pour profiter du contact. C’était doux. Et puis la phrase. Cette phrase. Soudainement, le pirate se recula, comme brûlé au troisième degré. Il s’était relevé, l’air presque perdu, catastrophé. Quelqu’un connaissait son nom. Alors Wolf’ avait bien faire des recherches sur lui. Il devait tout connaître de lui. Son histoire. Sa vie. Les cadavres dans son placard. Tout ce qu’il avait fait, tout ce qu’il était avant. Sans perdre une seconde, le pirate commença à reboutonner son pantalon, cherchant des yeux son haut qu’il ramassa d’un geste sec, presque nerveux.

« - T-tu… Tu pouvais pas fermer ta gueule ?! »

Il n’allait pas pouvoir se contrôler bien longtemps. Il fallait qu’il sorte d’ici. Qu’il s’en aille. Quelque part, loin de cette pression. Loupiot allait le foutre en taule, c’était sûr. Surtout après tout ce qu’il avait fait à toutes ses femmes. La culpabilité lui serra le ventre. Tout cela n’avait été qu’un jeu, n’est-ce pas ? Pour mettre la main sur le célèbre Barbe Bleue, pour avoir le plaisir de l’arrêter ? Ce sentant terriblement trahie, Jack se rhabilla le plus rapidement possible. Les fleurs qu’il avait ramené quelques heures auparavant, il les jeta à terre, bousculant le reste du verre de rhum qui traînait encore au sol.

« - VA TE FAIRE FOUTRE ! »

Une voix tremblante, chamboulée. Le pirate se dirigeait vers la porte, faisant de grands pas lourds. Effrayé.

 
 Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.

_________________
Jack McCoy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'aubergiste alcoolique
Origines : Barbe Bleue - Charles Perrault
Profession : Propriétaire de l'Auberge
MessageSujet: Re: [EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf   Jeu 17 Nov - 22:26


Watchin' you burn

Barbe Bleue x The Big Bad Wolf

Quand même, c’était trop chelou de se faire des câlins après s’être envoyé en l’air. C’était possible ça ? Genre pour un être humain normal, c’était normal d’avoir envie de se prendre dans les bras et tout ? Même avec le Bichon, Jack était pas trop pour. En général il évitait tout contact avec tout le monde jusqu’au moment où il explosait totalement et descendait au bar de sa propre Auberge pour trouver un p’ti cul, ou alors il allait directement au Bordel de la ville, il allongeait la liasse de billets, et se tapait toutes les tapins qu’il pouvait trouver. Mais être tendre, c’était difficile. Parce qu’être tendre, ça menait à l’amour, et le pirate, il voulait pas en entendre parler de ça. Ça le rendait trop faible. Alors voilà, il avait fui le câlin quand il avait senti le Bigby en mode cuddle, mais manque de bol, il était rapide le con, et le cri l’avait figé sur place. Merde, merde, merde, il était cramé cette fois, pas de possibilité de s’en sortir, rien, il allait devoir rester. Les traits figés dans une expression presque violente, Jack s’était retourné, ses pompes à la main, le menton haut. Prêt à se défendre, les poings fermés. S’il fallait cogner dans les secondes à venir, clairement, il était prêt. Mais aucun coup ne vint, et pire, ce furent des explications. Le pirate lui était habitué à la castagne, la vraie, la dure. Les gestes gentils comme ça, c’était clairement pas son truc. Alors oui, il avait lancé un regard désespéré à Loupiot.

Le genre de regard qui voulait dire “pitié, laisse moi partir j’ai pas envie d’en parler”. Cependant, le fait que l’autre homme n’en ait rien à faire allégea légèrement ce poids sur son cœur, et il se laissa volontiers attiré, reposant sa tête contre celle de son amant, le cœur battant à toute allure. Ce n’était pas bon. Pas bon du tout de se retrouver dans une telle situation. Parti comme ça, Jack allait finir par embrasser l’autre homme et ce n’était clairement pas le but. Ils étaient là pour un contrat. Pour des informations contre une partie de jambe en l’air, rien de plus, rien de moins. Mais le long laïus qui vint ensuite tendit le pirate entre les bras du brun. Il connaissait tout de lui, alors. Il connaissait son histoire, et ce qu’il avait fait. Pas détendu pour un sou, il se laissa néanmoins aller, l’espace d’un instant, inspirant à plein poumons pour tenter de se calmer. Les relations humaines, c’était clairement pas son truc. Lui, il baisait, il laissait derrière lui, et puis voilà. Jamais il ne s’était réellement attaché à qui que ce soit mais, une voix dans sa tête lui susurrait que celui-là, il ne fallait clairement pas le laisser s’échapper.

« - Huit. C’était huit. »

Avait-il murmuré, tout doucement, comme pour ne surtout pas briser l’instant. Pourtant il se laissa entièrement faire, ne rechignant pas à l’idée de s’allonger un peu. Alors voilà, le canapé avait été déplié, et Jack était là, fixant le plafond. Il régnait encore une odeur de sexe plaisante dans la pièce. Il ferma les yeux, se déplaçant juste assez pour libérer ses poignets et attraper son amant entre ses bras. Ce dernier devait entendre le coeur du bleu qui battait furieusement dans sa poitrine. Il tenta pourtant de changer de sujet. Lui n’avait aucune idée de la personne qu’avait été son amant dans une vie précédente car, malgré la haine qu’il portait à son auteur, il ne s’était pas renseigné sur les autres horreurs qu’il avait pondu. Pour lui, tout le monde était un étranger, une source potentielle de danger.

« - La nouvelle île qu’on a découvert. Il est là-bas. »

C’était tout ce qu’il savait, et c’était déjà pas mal. Wolfy avait maintenant un lieu où chercher. Quant à la possibilité qu’il soit retrouvé mort, sur le pavé, ça fit peur à Jack. Pourquoi, il ne le savait pas. Mais ça lui fit peur. Alors il avait simplement serré son amant un peu plus fort contre lui, inspirant l’odeur de ses cheveux, une respiration presque tremblante.

Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.

_________________
Jack McCoy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'aubergiste alcoolique
Origines : Barbe Bleue - Charles Perrault
Profession : Propriétaire de l'Auberge
MessageSujet: Re: [EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf   Dim 27 Nov - 18:07




[ SUJET CLOS SUITE ICI ]



_________________
Jack McCoy


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf   

Revenir en haut Aller en bas
 

[EXPLICIT] Watchin' you burn • ft. The Big Bad Wolf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán
» Louys - A fire needs a space to burn
» Pap Benoît XVI mande afriken ak ayisien pou yo sispann vole lougarou
» oro watchin you !
» presentation d'acid burn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dark And Cold :: welcome to pandora :: Les résidences :: Logements pauvres :: Studio de The Big Bad Wolf-